Face aux critiques de certains observateurs Les syndicalistes de la santé se défendent

Les syndicats de la santé sont en grève pour 72h depuis le lundi 03 décembre 2018. Pour certains observateurs, ces derniers ne mesurent pas, les conséquences des multiples grèves sur la santé des populations. Mballo Dia Thiam, le fondateur de la coalition « And Gueusseum » se défend, il a été à tous les niveaux de la pyramide sanitaire : « quand on est dans l’action, on ne s’occupe pas des conséquences. Personne mieux que nous ne connait les conséquences parce que nous avons été à l’école, nous savons ce que c’est un malade, nous avons soigné et nous avons aussi d’autres compétences. Ça c’est un faux problème. » A-t-il défendu.
Amina Gadiaga, secrétaire général de la session SUTSAS à l’hôpital Aristide Le dantec brandit son poste comme preuve palpable qu’elle est au cœur du système de soins : « je suis major du scanner de la radio à l’hôpital Aristide Le dantec. Donc je connais belle et bien les conséquences de nos grèves. Et pour elle, ces camarades ne sont pas insensibles mais elles ont le droit de dérouler leur plan d’action : « nous menons nos plans d’actions et nous savons que les gens ont besoin de soins. Cependant c’est le gouvernement qui doit réagir » Elle ajoute que : « Je crois que c’est à l’Etat de prendre ses responsabilités et de venir s’asseoir autour d’une table avec nous. »  

Micheline ( stagiaire)