Nouvelle-Zélande : un tribunal ordonne qu'on mesure le pénis d'un prévenu

Le prévenu plaidait non coupable d'avoir frotté ses parties génitales contre une fonctionnaire.

Cette fois, c'est la taille qui compte. Un tribunal néo-zélandais a ordonné mardi 22 mai que soit mesuré le pénis d'un prévenu poursuivi pour agression sexuelle, après que son accusatrice eut donné des indications sur sa taille.

David Scott, 72 ans, élu local de Kapiti, au nord-est de Wellington, plaidait non coupable d'avoir frotté ses parties génitales contre une femme employée par le conseil du district l'année dernière. La plaignante a déclaré que ce qui avait touché son dos mesurait entre 10 et 12 centimètres environ, rapporte le site d'information stuff.co.nz (en anglais).

Le résultat n'a pas été dévoilé
Le médecin du prévenu a réalisé l'examen avec une règle en bois dans la cellule du tribunal. Le juge a refusé de rendre publics les résultats de l'examen, a précisé Radio New Zealand (en anglais).

La défense fait valoir que c'est le portefeuille de l'élu qui a touché la plaignante au moment où il passait près d'elle. Mais l'employée dément que ce qui appuyait contre son dos ait pu être un portefeuille, un téléphone ou un kit d'insuline, assurant qu'il s'agissait en fait du sexe du prévenu.